رأس الزبيب(الماتلين) هي رأس الجبل

شهادة تاريخية تبيّن المقصود برأس الجبل

SOCIÉTÉ ARCHÉOLOGIQUE DE SOUSSE (depuit 1903 )

Ville d'El Metline

A Ras Djebel, je remarque une coutume qui ne m'a pas paru

aussi fréquente ailleurs. Presque tous les indigènes portent une

ceinture de cuir dont l'agrafe en cuivre a la forme d'un poisson.

Les enfants eux-mêmes en sont pourvus.

On fabrique beaucoup de poteries à Ras-Djebel et les grandes

gargoulettes ont une forme —qu'on retrouve, dit-on, dans la région

de Mateur — rappelant beaucoup le galbe gracieux des grandes

amphores antiques. Le col est un peu plus épais, les anses moins

grandes, mais l'ensemble ne manque pas d'élégance.

J'ai été aussi frappé vivement de l'énorme quantité de fragments

de poteries qui jonche le sol, non seulement dans la ville et à ses

abords immédiats, mais dans un rayon d'au moins 1

kilomètre autour d'elle. Nulle part, même sur la montagne du

Belvédère, où j'ai retrouvé les restes de nombreux fours à

potier, je n'ai vu pareille abondance. Evidemment, l'industrie de

la céramique a dû être autrefois extrêmement florissante ici et

elle doit remonter à une haute antiquité.

Je n'ai guère retrouvé de vestiges de l'antique Thinisa qui,

d'après Tissot, aurait été en ce point. La petite ville, qui est dans

un état de délabrement extrême, ne renferme que très peu, non

pas de pierres sculptées, mais de pierres antiques. Le plateau

qui s'élève immédiatement à l'ouest des maisons est limité sur

son flanc occidental par un mur en blocage assez épais. Il a pu y

avoir là une forteresse. C'est le seul vestige antique que j'aie

relevé en deux jours de séjour et de promenades à Ras Djebel.

En suivant la piste qui relie Metline à Bizerte, immédiatement

avant de descendre dans les dunes, on passe auprès du mzora de

Sidi Abd-el-Aziz qui est indiqué sur la carte (fig. 2 hors texte).

Bâti sur une ruine romaine, il a une forme rectangulaire, les

indigènes ayant, pour simplifier leur travail, utilisé les murs d'une

des pièces de l'antique construction.

La porte est bien au milieu d'un des côtés, mais la case dolmeniforme n'est pas en face d'elle; on a jugé plus commode de l'adosser

à une partie mieux conservée du mur. Enfin, l'orientation de

l'ouverture n'est pas exacte, car elle a été influencée parcelle d'un

des côtés de la pièce sur laquelle a été élevé le monument.

La tombe a la forme d'un vague tumulus allongé. Un bâton

planté entre deux pierres y supporte de nombreuses loques, moins

propres et plus déchiquetées que celles de Sidi Abdallah. Le

monument est d'ailleurs à demi détruit.

ترجمة الوثيقة -حاتم سعيد

 

 

Ajouter un commentaire