fiche technique interdiction de copier

al massader

Fiche technique du livre

Region du bizerte en 1934 par Augustin  Bernard.

1-DEUX  OUVRAGES  SUR  LA  LIBYE  ITALIENNE (p. 549)

التل الشمالي في تونس

أطروحة  دكتوراه في الاداب مقدمة لكلية الآداب بباريس  نشرت سنة 1934

بين بنزرت و ميناء فارينا (غار الملح) ، كانت البلاد مأهولة بالمهاجرين الأندلسيين الذين قاموا بهيكلة المنطقة و أعطوها خصائصها الحالية ، لقد كانوا قبل كل شيء مزارعين ، ضفاف سواحل بنزرت تختلف من دشرة عربية أو بربرية بعدد سكانها و نوعية متساكنيها و المساحات الزراعية و نوعية ( الحراثة/ الثقافة).

إنها ليست بمراكز جبلية بقدر ماهي قرى صغيرة مشابهة لجهة الوطن القبلي على الساحل الشرقي .

تعد رأس الجبل أكثر من 6000 ساكن ، العالية و رفراف 4000 ساكن ، منزل الجميل و الماتلين 3000 ساكن .

ولقد أسهم تواجد البحيرات في تنمية الحياة البحرية.

و كان الصيد عند الأهالي ناجحا جدا في هذه الأحواض الطبيعية ، إلى أن قام الفرنسيون بإزالة الحواجز التي تمكنهم من صيد الاسماك عند هجرتها و استغلوا الميناء الداخلي الرائع للملاحة والدفاع  القومي ......

اوغستين برنار..مأخوذ من الصفحة 549  (ترجمة حاتم سعيد ابن الماتلين)

LE  TELL  SEPTENTRIONAL  EN  TUNISIE

(D'APRÈS  F.  BONNIARD)  *

Entre  Bizerte  et  Porto-Farina,  le  pays  a  été  peuplé  par  des  immigrés andalous  qui ont  transformé la  contrée  et  lui  ont donné ses  caractères  actuels  ;

les  indigènes  sont  avant  tout  jardiniers  ;  les  bourgades  du  Sahel  de  Bizerte diffèrent  des  dechras  arabes  ou  berbères  par  l'importance  de  leur  population,  le  caractère  des  habitations,  l'étendue  des  jardins,  la  variété  des cultures.

 Ce  ne  sont  pas  des  centres  montagnards, mais  de  petites  villes analogues  à  celles  du  Cap-Bon  et  de  la  côte  orientale.  Ras-Djebel  dépasse 6  000  hab.,  El-Alia  et  Raf-Raf     4 000,  Menzel-Djemil et  Metline  3  000.

L'existence  des  lacs  a  permis  le  développement  de  la  vie  maritime.

Les indigènes  y  ont  pratiqué  la  pêche,  très  fructueuse dans  ces  viviers  naturels,

Jusqu’au  jour  où les  Français ont  supprimé  les barrages  qui permettaient  de prendre  le  poisson  à  l'époque  des  migrations  et  ont  utilisé  ce  merveilleux port  intérieur  pour  la  navigation  maritime  et  la défense  nationale. ....

Augustin  Bernard.

 

 

 

 

المصدر

 

إشكالية ( أو مشكلة ) الماء قديما في جهة بنزرت

يتناول الباحث الصادق بن بعزيز في هذه الدراسة التي ألقاها بمناسبة  مؤتمر روما بتاريخ 3-5 ديسمبر1987 المغرب الروماني لإفريقيا خلال (القرن الأول قبل الميلاد إلى حدود القرن الرابع ميلادي) ويطرح فيها مسألة المياه في جهة بنزرت وذلك في صفحات 203 إلى 212 .

حيث يتطرق إلى مميزات الجهة فيقول : "تتميز جهة بنزرت بارتفاعاتها المنخفضة وبتواجد العديد من البرك و البحيرات و القرعات و المستنقعات مع معدل سنوي لهطول الأمطار بين (500 و 600 مم) .

و يستند إلى أربعة خرائط للجهة ليذكر أنها تحتوي على العديد من المواقع الأثرية (قرابة 600 موقع) و لكن المراكز الحضرية فيها لا تمثل سوى القليل و يذكر من بينها ( Thinisa, Uzalis, Membrone, Thizi, Hyppodiaritus, Utika, Cap Zebib,  Theudalis)

و يقول أن الاستيطان البشري على الشريط الساحلي أدار ظهره عن الساحل و الآثار الهيدروليكية (المنشآت المائية )التي تعتبر مرتفعة بمقارنتها بجهات أخرى اقل رطوبة. حيث نجد العديد من الخزانات(الصهاريج) مطمورة للنصف ، و يعزى ذلك لارتفاع المائدة المائية .

الآبار و الخزانات (الصهاريج) تدل دلالة واضحة على استعمال كثيف و بدرجات عالية للإمكانيات الموجودة  ، و هو ما يفسر إلى حد ما بناء قنطرة  في اوتيكا ،و هو معلم جدير بالدراسة لأنه على ما يبدو لم يأخذ حضه بشكل كافي .

أما شبكات الصرف الصحي التي وقع فحصها في كاب زبيب فهي تظهر أن هذا الموقع قد تعرض لظاهرة اطماء (طمس-انغمار) قوية .

Le problème de l'eau dans l'Antiquité dans la région de Bizerte

In: L'Afrique dans l'Occident romain (Ier siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.-C.) Actes du colloque de Rome (3-5 décembre 1987)

Résumé

Sadok Ben Baaziz, Le problème de l'eau dans l'Antiquité dans la région de Bizerte, p. 203-212.

La région de Bizerte se caractérise par ses faibles altitudes, ses nombreux plans d'eau, lacs, garaas, marécages et des précipitations importantes (500 à 600 mm).

L'ensemble des quatre cartes de la région compte plus de 600 sites antiques dont un nombre réduit de sites urbains (Theudalis,Thinisa, Uzalis, Membrone, Thizi, Hyppodiaritus, Utika, Cap Zebib).

L'installation humaine dans cette région côtière à tourné le dos à la côte et les monuments consacrés aux travaux hydrauliques y sont plus nombreux que dans d'autres régions moins humides. On y trouve un grand nombre de citernes, à moitié enterrées à cause de la hauteur de la nappe phréatique.

Les puits et citernes d'Utique illustrent bien l'exploitation maximale (v. au verso) des potentialités, certainement insuffisantes, ce qui explique en partie la construction de l'aqueduc d'Utique, monument intéressant, qui demeure peu étudié.

L'examen des égouts des Cap Zebib a montré que ce site a dû faire face à un puissant phénomène d'alluvionnement.

 

 

 

LE  PROBLÈME  DE  L'EAU DANS  L'ANTIQUITÉ

DANS  LA  RÉGION  DE  BIZERTE

Nous  avons  choisi  d'examiner,  de  façon  rapide,  les  problèmes  hy

drauliques  de  la  région  de  Bizerte,  bien  qu'elle  n'ait jamais  consitué  à

notre  connaissance  une  région  historique,  mais  parce  qu'elle  présente

une  originalité  géographique  et  hydraulique  certaine.  Ce  sont  ces

conditions  particulières qui permettront de  mieux saisir  la  réalité  quoti

dienne  de  ses  habitants1.

L'ensemble  des  feuilles  concernées  par  cette  étude  sont  au  nombre

de  quatre :  Bizerte,  Metline,  Menzel  Bourguiba  (Ichkeul)  et  Ghar  El

Melh  (Porto Farina)2.

Caractéristiques

Cette  région  se  caractérise  par des  hauteurs  modestes :

- Jbel  Kébir  qui  domine  Bizerte  (273  m)

- Jbel  Hakima (295  m)  qui  domine  Cap Zebib

- Seul le  Jbel  Ichkeul domine  son  lac  de  508 m.  Ce  qui caractéri

se  le  plus  notre  région,  c'est  l'importance  et  le  nombre  des  plans

d'eau.

1 Cette  enquête  sur  Bizerte  et  sa  région  a  été  effectuée  en  collaboration  avec  notre

collègue  Mohamed Khéreddine  Annabi  dans  le  cadre  de  la  Carte  archéologique.  Je  tiens

ici,  à  lui  exprimer  toute  ma reconnaissance.

La Carte nationale  des sites  archéologiques et  des monuments  historiques est  un  pro

jet  du  COGEDRAT  (Commissariat  général  au  développement  régional  et  de  l'aménage

ment  du  territoire -  ministère du  Plan) qu'il  réalise  en collaboration  avec  l'Institut  natio

nal  d'archéologie  et  d'art  et  le  PNUD  (Programme  des  Nations  unies  pour  le  développe

ment  depuis janvier  1987).

2 Bizerte  (002),  Metline  (003), Menzel Bourguiba  (Echkeul)  (006),  Ghar El  Melh  (Porto

Farina) (007).  Le travail  de prospection  est poursuivi sur  ces  feuilles par  Messieurs Tahar Ghalia  et  Samir  Ounallah.

Les précipitations

La  région  de  Bizerte  appartient  du  point  de  vue  climatique  à  la zone  sub-humide.

  Les  quantités de  pluie  qu'elle reçoit  varient  entre  500et  600  mm  en  plaine  et  900  mm  en  hauteur,  avec  une  concentration entre  septembre  et  mai.  L'été  est  sec  (4%  du  total  annuel).  Les  pluies sont  souvent  torrentielles.  Le  nombre  de jours  de  pluie  est  proche  de   100j/an.  Les  vents  violents  peuvent  atteindre  parfois  des  vitesses  importantes,  jusqu'à  phis  de  180  km  ou  120  km/h3.

Hydrologie  marine

S'agissant d'une  zone  côtière,  nous  ne  pouvons  passer  sous  silence l'examen  des  côtes.  Celles-ci  vont  de  Ras  el  Koran  à  Ras  Tarf,  Porto Farina.  Elles  présentent  une alternance  de  côtes  rocheuses  et  de  belles plages  sablonneuses,  comme  la  plage  de  Bizerte,  la  plage  d'Er-Rimel, ou  les plages de  la  région  de  Raf-Raf.  Les  vents  violents  du  nord-ouest provoquent  des vagues  de  9  à  10  m et  rendent  ces  côtes  inhospitalières.

La  baie  de  Bizerte,  légèrement  plus  abritée,  connaît  des  vagues  de 5,40  m.

La dérive  littorale  provoque  des  dépôts  de  sable  sur  la  plage  d'Er- Rimel,  où  les  vents  provoquent  un  phénomène  de  déplacement  des  dunes.  Ce  phénomène  se  remarque  dans  la  baie  d'Utique  du  côté  de Porto  Farina,  au  sud  du  Cap Sidi  Ali  El  Mekki,  mais  avec  moins  d'ampleur4.

La première  constatation que  l'on  peut  tirer  de  ces  conditions  géographiques  est  que  ce  paysage,  dans  l'antiquité,  était  très  différent  de ce  qu'il  est  actuellement;  ceci  est  dû  essentiellement  à  l'action  de l'eau.

Cette  action  de  modification  du  paysage  antique  s'est  exercée  de deux  manières, par  :

- la  formation  du  lac  de  Porto  Farina,  le  comblement  du  golfe d'Utique  et  du  lac  Ichkeul  qui  était  plus  étendu  qu'il  ne  l'est  actuellement;

- l'érosion  qui  s'est  exercée sur  le  site  du  Cap Zébib,  où  la  mer a emporté  la  plage  et  une  grande  partie  des  constructions  antiques  situées sur  le  rivage,  et  l'érosion  qui s'exerce  sur le  sud  du  lac  de  Bizerte,  modifiant  le  rivage  de  celui-ci, ce  qui provoque  l'éloignement  de  certains  sites côtiers.  Les  deux  cas d'érosion de  sites antiques  (Hr. Ouali et Cap Zébib)  sont  peu connus et  non  analysés du point  de  vue  archéologique  et  historique.

3 Mathlouti,  Études  géomorphologiques  des  environs  du  système  lacustre  de  Bizerte, thèse  de  IIIe  cycle  Tunis,  1985,  p. 32-47 (dactylographiée)

 

L'occupation du  sol  dans  l'Antiquité

L'ensemble  des  feuilles  au  1/50 000  concernées  par  cette  étude, portaient  sur  l'Atlas  archéologique 255  sites antiques.  Nous avons  porté par  simple  lecture des  cartes  ce  nombre  à  654  sites,  dont  au  moins  600 sites  antiques.  La campagne  de  prospection  effectuée  au début  de  l'année 1987  a  duré  14 jours.  Elle  nous  a  permis de  visiter  100 sites  choisis dans  des  zones  menacées essentiellement  par  l'urbanisation.  Nous  évaluons  la superficie de  cette région  à  1200  km2,  ce  qui  donne  une densité

4  R.  Paskoff,  Les côtes  de la  Tunisie, Lyon,  1983, p.  19  et  suiv.

d'occupation  en  sites  antiques  parmi  les  plus  élevées  de  l'Afrique, l'équivalent  de  300  sites  par  feuille.  En  effet,  rares  sont  les  feuilles atteignant  les  250 sites.  Les  150 sites  pour  la feuille  de  Menzel  Bourguiba,  dont presque  la  moitié  est  occupée par  les  lacs  Ichkeul  et  de  Bizerte,  donnent  une  densité  très  forte,  proche de  celle de  Tébouba (400),  de Mateur  (396),  Grombalia  (338)  et  Sidi  Bou  Ali  (320).  Mis  à  part  cette forte  densité  d'occupation  en  moyenne,  nous  constatons  des  sous- régions  moins  occupées,  comme  la  façade  maritime  de  Menzel  Jemil,Cap  Zébib  jusqu'à Ras  Jbel,  la  façade  de  la  corniche  de  Bizerte  et  la partie  sud  de  Menzel  Bouguiba,  ce  qui  augmente  la  densité  des  zones occupées.  Le  sud  de  Jbel  Ichkeul  et  la  zone  à  l'est  d'Utique  ont  été gagnés  sur l'eau depuis  l'antiquité et  donc ne  renferment pas de  ruines.

La  sous  occupation  de  la  région  côtière  du  nord  et  de  la  région  d'Er- Rimel  est  due  à  la  force  des  vents  et  à  l'ensablement.  C'est  l'arrière- pays  de  l'ancien  golfe  d'Utique  ou  Besbassia et  la  zone  de  Bechater  au Nord  du  Bizerte  qui  sont  les  deux  zones  de  grande  densité  d'occupation.

La deuxième constatation  que  l'on peut faire,  est  la  faiblesse  relative  du  tissu  urbain  antique  d'après  les  toponymes.  Theudalis,  Thinisa,Uzalis,  Membrone,  Thtzi,  Hippodiaritus  Utika,  Cap  Zebib  sont  les  seuls toponymes  connus  de  la  région.  Ils  sont,  pour  l'ensemble,  loin  d'être identifiés  avec  certitude.  Mais  même  si  on  les  identifie  tous,  en  leur ajoutant  deux  ou  trois  découvertes,  on  reste  bien  loin  de  l'urbanisation de  la  partie  sud  de  la  Dorsale  Tunisienne  ou  de  la  vallée  de  l'Oued Méliane par  exemple.  La région  de  Bizerte  est  une  zone  à  forte  densité rurale,  avec  une  faible  couverture  urbaine.  Pourtant,  elle  était  parmi les premières  zones de  l'occupation  phénicienne,  donc de  l'organisation urbaine.

Bien  qu'elle  soit  une  zone  maritime,  les  installations  humaines  ne paraissent  nullement  tournées  vers  la  mer  car  la  région  offre  très  peu de  possibilité  d'exploitation maritime,  surtout  avec  les  moyens  techniques  de  l'antiquité.  Le  seul port  abrité  et  protégé toute  l'année  est celui de  Bizerte;  mais  dans  l'antiquité,  à  quoi  pouvait-il  servir  puisque  les jours,  où  la  mer  est  assez calme  pour  permettre  au  pêcheur  de  sortir, sont  limités?  Cet  handicap demeure  de  nos jours,  et  ce  port  ne  pouvait devenir le  débouché  de  l'arrière-pays,  étant  décentré par  rapport  à  Carthage  et  au  Golfe  de  Tunis  qui  bénéficiaient  d'une  mer  plus  calme  et plus  active.  Les  autres  sites  non  exposés  sont  tous  menacés par  l'ensablement,  surtout après  le changement du lit  de la  Medjerda (Utique),  ou par  l'érosion  (Cap  Zébib).

La Medjerda  a  été  à  l'origine  de  l'enclavement  et  de  l'isolement  de cette  région  par  rapport  à  l'arrière-pays5.

L'état des  sites et  la  saison durant laquelle  nous  les  avons visités  ne nous  ont  pas permis  de  procéder  aux  classements  nécessaires,  ni  d'approcher  leurs  différents  éléments.  On  peut  tout  de  même constater que cette densité  d'occupation  ne permet  pas de  concevoir une structure  de grande  propriété;  celle-ci  était  beaucoup  plus  morcelée qu'elle  ne  l'est actuellement.  Car sur  le  terrain  d'une  ferme  actuelle,  nous  avons  repéré  de  3  à  5  établissements  antiques.  La nature  des  ruines,  le  soin  apporté  à  la  construction,  la  présence  d'éléments  d'architecture  assez  élaborés  prouvent  un  certain raffinement;  des  murs,  des  mosaïques, le  nombre  et  la  dimension  des  citernes  destinées  à  l'usage  domestique  montrent  que  nous  avons  à  faire  à  des  fermes  appartenant  à  des  paysans aisés.

Les  monuments consacrés  à  l'eau Sur  les  100  sites  visités,  nous  avons  rencontré  des  monuments hydrauliques  sur  40  sites;  c'est  une  proportion  assez  importante,  car bien  qu'il  soit  inconcevable  de  penser qu'un  établissement  en  soit  entièrement  dépourvu,  ce  que  nous  avons  constaté  dans  d'autres  régions,c'est  que  sur  des établissements  économiques comme  les  huileries  l'on ne rencontre  pas de  citernes  ou de  bassins,  bien qu'elles aient besoin  de l'eau  dans  le  traitement  des olives.  Les  sites  résidentiels  qui  en  étaient dépourvus se trouvaient  à proximité de  sources,  ce  qui rendait inutile  la construction  de  bassins  ou de  citernes.

En général,  les citernes  dans d'autres  régions se  trouvent  profondément  enfouies,  ce  qui  les  rend moins  visibles sans  fouilles;  ce  n'est  pas le  cas  dans  la  région  de  Bizerte.

Ici,  au  contraire,  il  nous  semble  que  les  citernes  sont  toutes  enterrées  à  moitié  seulement;  si elles  sont profondes  de  2  à  3  mètres, elles  se trouvent  de  1  à  1,5  m  au-dessus  du niveau  du  sol.

L'excessive  humidité  du sol,  la  montée de  la  nappe phréatique  souvent  saumâtre,  ont fait  que pour  conserver la  qualité de  l'eau,  il  ne  fallait  pas enterrer  profondément  les  citernes  pour  éviter  l'infiltration  de la  nappe,  et  ainsi  elles  nous  apparaissent  en  plus  grand  nombre.  C'est 5  R.  Paskoff, Les  plages  de la  Tunisie  (géomorphologie de l'ancienne  embouchure  de  la Medjerda),  Caen,  1985,  p.  43.

une  simple  constatation  qui  doit  être  confirmée  par  des  fouilles  ultérieures.  C'est  la  seule  explication  que l'on  peut  avancer.

Nous ne pouvons  traiter  l'intégralité de  la  question dans ce cadre  et en  l'état  actuel  de  l'avancement  de  l'enquête.  Nous  nous  limitons  à exposer  quelques  constatations  déjà  faites  sur  deux  ou  trois  questions relatives  à  des  monuments et  des  sites  visités.

Puits  et  citernes  à  Utique

Le  simple  examen  des  plans  publiés  de  la  ville,  nous  montre  l'importance  de  l'exploitation  de  la  nappe phréatique6.

Sur  15  plans de  maisons,  dans  au  moins  13  (celles  dont  le  dégagement  est  complet  ou  suffisamment  avancé),  on  a  pu  dénombrer  12 puits,  7  citernes.  Ainsi,  on  peut  constater  l'importance  des  puits  par rapport  aux  citernes  qui  devaient  être  cependant  en  nombre  plus  important.  Malheureusement,  bien  que  la  bibliographie  sur  Utique  soit relativement  importante,  ce  problème  de  l'eau  et  des  monuments  hydrauliques  n'a  pas  fait  l'objet  d'une  analyse  particulière.  Nous  avons constaté  que  tous  les  puits  sont  de  forme  carrée  et  les  ouvertures  des citernes  de  forme  circulaire.  La  technique  de  construction  des  puits était  semblable.  Des  dalles  de  grès,  de  faible  épaisseur,  forment  les parois des puits;  la  nappe  se  trouve  à  4  ou 5  m  de  profondeur à  l'insulae  (II).

Notre  dossier  ne  contient  aucune  donnée  sur  l'aspect  chimique  de l'eau;  la  qualité  de  celle-ci  a-t-elle  subit  des variations  depuis  l'antiquité?  Il  faudrait  pouvoir  évaluer  les  phénomènes  de  la  dégradation  des nappes par  la  surexploitation,  pour  expliquer  éventuellement  comment une  petite  nappe comme  celle  d'Utique  a  pu  supporter  une  aussi  grande  concentration  de  puits.

La  chronologie  :  comme  aucune  fouille  ou  investigation  n'a  été concentrée  sur  ces  monuments, on  est  réduit  à  utiliser  uniquement  leur contexte,  ce  qui  nous  laisse sur  notre  faim.

Nous  avons  constaté  que  certains  puits  détruisaient  au  préalable des  bassins  semi-circulaires  dans  le jardin  d'un  péristyle  :  cela suppose au  moins  l'abandon  du  bassin  (maison  H,  Maison  du  Trésor).  Certains puits  se  trouvent  en  harmonie  avec  le  contexte,  intégrés  dans  un  mur du  péristyle,  par  exemple  au  lot  4  et  5.

6  Corpus  des  mosaïques de  Tunisie,  vol.  I,  II  et  III.

Certains  puits  ont  été  abandonnés,  et  entièrement  couverts  par  des pavements  datant  du  IIe  siècle  à  l'insulae  III,  Maison des  bassins  figurés.

Au  dossier de  l'eau  d'Utique,  on  pourrait  également  analyser  tous les  bassins  de  la  ville,  qui  sont  heureusement conservés  en  grand  nombre  et  présentent  une  grande  variété  et  une  grande  richesse……..

Les  égouts de  Cap  Zébib

Le  phénomène  des  eaux  courantes de  ruissellement  riches  en  alluvions  à  cause  d'un  sol  friable  pose  parfois  de  graves  problèmes  à  certains  sites  antiques  de  la  région.  C'est  le  cas notamment  à  Cap Zébib.

Dans le  cadre  de la  Carte  archéologique, nous  avions  pour  tâche  de délimiter,  dans  la  mesure du  possible,  les  sites  archéologiques;  celui  de Cap Zébib  était  difficile  à  délimiter,  bien  que,  sur  le  rivage,  ses  limites sont  bien  apparentes  et  même très  sûres.

C'est  une  falaise  de  terre  meuble,  haute  de  3  à  4  mètres,  renfermant  une  couche  archéologique  assez  spectaculaire  où  l'on  distingue assez bien  murs,  égouts,  sols  mosaïques;  la  longueur  totale  du  site  est proche  de  3000 m,  avec  une  couche  de  sol  vierge  noir  vers  le  bas, dépourvue de matériel archéologique, et  en haut  une couche  de couleur sombre  et  pratiquement  sans  matériel,  les  deux  emprisonnant  la  couche archéologique.

En  escaladant  la  falaise,  on  se  retrouve  immédiatement  au  milieu du  jardin, avec un sol  sans vestige,  et  aucun  indice  ne  permet  de  délimiter  ni  de proposer  une  limite  au  site.

On a  été frappé par l'existence  de  deux sortes  d'égouts  dans chaque rue;  leur  superposition  nous  pousse  à  envisager  qu'il y  a  eu  réfection totale (fig.  3).

 

La raison  de  cet  abandon  des  premiers  égouts  ne  peut  s'expliquer que  par leur bouchage par des  eaux fortement  chargées. Même les rues se  trouvent  ainsi  complètement  couvertes  de  boue,  et  au  lieu  d'un  nettoyage  systématique,  la  pose  de  nouveaux égouts  à  un  niveau  supérieur était une solution beaucoup plus  facile  et  plus  économique.  C'est la  seule  solution  réaliste  devant  ce  phénomène  d'alluvionnement  des  rues  du site.  Ce phénomène  s'est poursuivi par la  suite après l'abandon du  village,  et  c'est  ce  qui explique,  peut-être,  son  abandon  définitif  et  la  construction  du  village de  Méltine  sur  les  hauteurs.

Sadok  Ben  Baaziz

Ajouter un commentaire

×